Mexique : un potentiel à découvrir pour les entreprises bretonnes

Publié le par souslesoleildemexico

 

photo Catsat

Les thoniers de la compagnie Azteca sont équipés avec du matériel de l'entreprise Thalos basée à Ploemeur.

Pays aussi méconnu que mal connu, le Mexique présente pourtant des opportunités commerciales très intéressantes pour les entreprises bretonnes. Douzième puissance mondiale avec 112 millions d'habitants, le deuxième marché d'Amérique latine possède une économie en pleine croissance et attire de nombreux investisseurs étrangers. « Une PME voulant se développer à l'export en dehors de l'Union Européenne a une belle carte à jouer au Mexique, explique Erwan L'Helguen, relais de Bretagne Commerce International à Mexico. Le pays a signé de nombreux accords de libre-échange avec l'UE et est beaucoup moins protectionniste que le Brésil par exemple. Par ailleurs, en tant que membre de l'Aléna (Accord de libre-échange nord américain), il permet d'accéder aux Etats-Unis et Canada. C’est aussi la porte d’entrée des autres marchés d'Amérique latine. »

Quelques PME bretonnes ont tenté l'aventure mexicaine et ne le regrettent pas. C'est le cas de l'entreprise Thalos spécialisée dans les systèmes de communication en haute mer. Associée à CLS (données satellites), elle fournit un système d'informations océanographiques pour optimiser la pêche au thon très développée sur la côte Pacifique. « Nous sommes arrivés en 2001 au Mexique, raconte Pierre Monfort son directeur. Nous avons proposé alors notre produit aux senneurs tous équipés à l'époque d'un système américain. Aujourd'hui 90% des thoniers mexicains ont choisi notre technologie. La clé de notre succès est d'avoir un représentant commercial pugnace sur place et aussi d'avoir formé un collaborateur mexicain assurant le support technique directement au port. »

Dans le secteur de l'agro-industrie, plusieurs PME bretonnes ont su s'imposer. AM2C, l’entreprise de Quimper, exporte aux abattoirs de volaille et porcs des séparatrices mécaniques servant de base à la fabrication de produits à valeur ajouté.
Basée à Rostronen, CM2A vend à ses clients mexicains, de gros intégrateurs volailles, des solutions de déchargement automatique. « Les Mexicains sont parmi les plus gros producteurs mondiaux d'oeufs, de poulets, de lait avec des tailles d’intégrations méconnues en Europe, commente Erwan L'Helguen. Il y a là un vrai marché à explorer pour les boîtes bretonnes qui ont du savoir-faire en ce domaine. »

Le marché des cosmétiques est aussi en plein essor. Produits de beauté, soins du corps, Yves Rocher a su séduire les Mexicaines qui y consacrent une part importante de leur budget. « Nos boutiques sont désormais présentes dans toutes les grandes villes mexicaines afin de toucher une classe moyenne grandissante, explique Carlo Bertolatti, directeur général adjoint de la marque à Mexico. Le Mexique fait partie du top 10 des marchés mondiaux et représente aussi un tremplin vers l'Amérique centrale et l'Amérique du Sud. »

Cependant, il ne suffit pas de poser sa valise pour faire des affaires au Mexique. « Le Mexicain a besoin de se sentir en confiance pour se décider et cela peut prendre parfois du temps, précise Erwan L'Helguen. Il est donc important d'être présent sur place, se faire conseiller pour bien connaître le marché et aussi s'intéresser un minimum au contexte de son interlocuteur. »

 

Jean-Marie LEGAUD

Article publié dans le Télégramme du 21/12/12

http://www.letelegramme.com/ig/generales/economie/mexique-un-potentiel-pour-les-entreprises-bretonnes-21-12-2012-1950742.php?xtmc=Mexique&xtcr=11

 

 

Commenter cet article