VIVEROS : Le poumon vert de Coyoacán

Publié le par Jean-Marie LEGAUD

Situé dans la délégation Coyoacán au sud de la ville de Mexico, le parc de Viveros fonctionne comme un parc public à vocation écologique mais aussi un espace récréatif et sportif. Ses nombreux sentiers arborés font le bonheur des promeneurs et des joggeurs de la capitale.

JML Viveros 0792 

Centre de développement d'espèces arborescentes, le parc de Viveros est un véritable jardin écologique où ont lieu des expositions de floriculture tout au long de l'année. Ceux qui ont la main verte seront heureux de pouvoir y trouver et y acheter différentes plantes d'ornementation ainsi que l'indispensable terreau et engrais sans oublier les pots de fleur en céramique. Les promeneurs curieux peuvent aussi enrichir leurs connaissances en sylviculture puisque sont répertoriés les noms d'une grande variété d'arbres plantés le long des multiples sentiers de la réserve écologique. Les badauds et sportifs apprécient d'ailleurs les parfums diffusés par les nombreux eucalyptus, dont les branches sont le refuge des écureuils qui peuplent la réserve.

 

Réserve naturelle au cœur de la ville

 

Historiquement, ce parc de Coyoacán faisait partie du Rancho Panzacola avant que le président Porifirio Diaz ne transforme ces terres en parc public en 1908. C'est ensuite Miguel Ángel de Quevedo dit « l'apôtre des arbres » qui hérite de cette réserve forestière. L'ingénieur, qui travaille au reboisement de la ville, décide de préserver ce poumon vert de l'urbanisation galopante de la capitale en y introduisant plusieurs espèces arborescentes. Déclaré Parc National par le président Lázaro Cárdenas en 1938, il est baptisé alors Viveros (vivier) et devient de fait la première réserve naturelle de la République du Mexique.

 

Pour les joggeurs et sportifs du dimanche

 

JML Viveros 0796On y pratique de nombreuses activités récréatives notamment le sport en plein air et en particulier la course à pied. Les 39 ha de cet espace vert sont effet parcourus de divers sentiers dont le plus long fait une boucle de 2 100 mètres à la périphérie du parc. Pour les coureurs les plus endurants voulant améliorer leur performance, le parcours dispose de marques chaque 100 mètres. Les « sportifs du dimanche » seront quant à eux heureux d'apprendre que ces chemins sont totalement plats et sont constitués, de plus, d'un revêtement compact semi-dur « tepetate compactado » qui autorise la marche et la course.

Petite curiosité, le parc dispose d'une esplanade assez grande, de forme circulaire, où s'entrainent les toreros munis de leur cape et muleta mais sans la bête.

Par ailleurs, les promeneurs qui tentent la balade en famille ne sont pas mécontents de laisser leur enfants s'en donner à cœur joie sur l'aire de jeux située près du marché aux plantes.

Enfin, le parc de Viveros ne dispose pas de zone de stationnement. Les utilisateurs doivent donc laisser leur véhicule près des différentes entrées du parc, ou plus simple et plus écologique, ils peuvent venir directement en métro grâce à la station Viveros située juste à côté.

 

Jean-Marie LEGAUD

Publié dans Tourisme

Commenter cet article